Les chenilles processionnaires, ennemies des chiens et des chats au printemps
Chenilles processionnaires, un danger pour les chiens et les chats

Avec le retour des beaux jours, les activités extérieures sont de plus en plus fréquentes, surtout pour ceux qui possèdent un chien ou un chat. Hélas, les balades ne sont pas sans danger pour nos compagnons. Certains éléments comme les chenilles processionnaires, peuvent causer de graves problèmes de santé à nos animaux. Quels sont les risques et comment réagir en cas de contact ?

Les chenilles processionnaires, qu’est-ce que c’est ?

La chenille processionnaire est le stade larvaire d’un papillon. Dans le but de se métamorphoser en chrysalide, elle se nourrit principalement d’aiguilles d’arbre (pin, cèdre, etc.) autour desquelles, elle installe son cocon de soie. Au printemps, elle descend de son arbre pour s’enfouir dans le sol afin d’achever sa transformation. Cette période de l’année est donc particulièrement à risque car les chances de contact avec les chenilles processionnaires augmentent. 

À savoir : le terme « processionnaire » provient du mode de déplacement de ces insectes en file « indienne ».

Les risques pour nos animaux

Il ne faut surtout pas se fier à l’apparence inoffensive de ces chenilles. En effet, elles possèdent des poils urticants qu’elles libèrent quand elles se sentent menacées ou stressées. Ses poils sont différents des poils visibles car ils sont composés d’un crochet, qui s’il adhère à la peau et/ou à la surface d’autres organes, se brise et délivre une toxine hautement dangereuse.
 

Les chats peuvent être concernés mais ce sont généralement les chiens, au tempérament joueur, qui sont les plus attirés par ces petites créatures rampantes. Les parties de l’animal pouvant être touchées sont souvent le museau et la gueule. Cependant, il n’est pas rare de voir d’autres zones atteintes, comme les yeux et les paupières, puisque les poils urticants sont très volatils. S’il y a ingestion, le tube digestif peut également subir des dommages. 

Les symptômes chez le chien et le chat

Museau et la gueule 

En plus de la douleur, une importante inflammation sera observée au niveau de la bouche et du museau de l’animal. Une nécrose peut rapidement apparaitre au niveau de la langue, dont certaines parties peuvent même tomber, empêchant l’animal de se nourrir correctement.

Peau

Un contact avec la peau du chien ou du chat déclenchera une violente urticaire accompagnée de plusieurs boutons rouges. Des démangeaisons et des gonflements de la zone affectée sont également fréquents.

Yeux

Pouvant gravement endommager l’œil de l’animal, les poils urticants sont très dangereux et douloureux s’ils touchent cette zone. Ils peuvent entraîner une inflammation de la conjonctive et de la cornée, ainsi que des ulcères cornéens. En l’absence d’un traitement adéquat, ils peuvent même causer la perte totale de la vue.

Que faire en cas de contact ?

En cas de contact avec une chenille processionnaire, il est recommandé de rincer la zone touchée sans frotter. Il est important de consulter d’urgence un vétérinaire, car les conséquences peuvent parfois être graves et irréversibles, pour le chat ou le chien. Lorsque le traitement est rapide, les chances de guérisons sans séquelles sont bien meilleures.

À noter : attention ces risques sont également valables pour les humains !

 

Dermoscent